#StickYourNeckOut

Hovhannes (Oganes) Arustamov, né en 1992 à Moscou

Il est question ici de musique. De nos jours, on écrit beaucoup sur l’improvisation, mais les cours de musique dans la plupart des écoles professionnelles pour les classiques n’en parlent pas beaucoup. Les écoles et les professeurs russes, en particulier, se concentrent plutôt sur la perfection technique et le respect rigoureux de ce que l’on appelle l’interprétation correcte, définissant ainsi un parcours musical plutôt étroit pour quelques personnes sélectionnées au plus haut niveau, tandis que la plupart des autres sont obligées d’abandonner ou de mener une vie plutôt misérable en marge des étoiles officiellement reconnues.

Oganes ne suivrait pas cette route. L’Arménien, né à Moscou (après que sa mère se soit enfuie suite à la guerre de 1991), s’est vite révélé être un enfant prodige de la musique. Il a acheté son premier violon dans un magasin de jouets à l’âge de quatre ans. Sa mère, qui aime elle-même la musique, a reconnu le talent de sa progéniture et lui a donné des cours, pour lesquels elle était elle-même le professeur principal jusqu’à ses douze ans. Cependant, l’enfant ne jouait pas comme les professeurs ou sa mère le voulaient. Il improvisait et composait ses propres mélodies, lesquelles n’étaient pas très compréhensibles. A contrecœur, le petit suivait pourtant comme il se devait.

Puis, à partir de treize ans, la lutte avec les professeurs s’est aggravée. Le style et le contenu de ce qu’ils voulaient jouer ont été sévèrement réprimés. Il avait le sentiment que ce que les professeurs voulaient était limité, ce qui était tout à fait contraire à la joie que la musique devait procurer tant au joueur qu’au public. Une fois arrivé au Conservatoire d’État de Moscou, la situation est allée de mal en pis. Oganes, qui écoutait tous les enregistrements sur lesquels il pouvait poser la main, commençait toujours à se préparer pour deux “leçons” : une pour le professeur donné, l’autre pour sa performance sur scène. Sur scène, il jouait comme il le ressentait et était adulé par le public. Hélas, pas par ses collègues qui essayaient de le ramener sur la voie de la conformité.

« Les gens vont avec le courant, les sages vont à contre-courant”. (Dicton taoïste chinois)

Ainsi, au lieu d’essayer de gravir les échelons de la carrière à Moscou (pour laquelle il avait certainement le talent), il a décidé de quitter la Russie et de s’installer en Suisse où l’asservissement du musicien à la pensée standard était moins rigoureux qu’à Moscou et où les professeurs étaient un peu plus compréhensifs. Cependant, en ce qui concerne les jurys, l’essentiel est de respecter la norme standard et la perfection technique ainsi que le caractère musical. La compréhension pour la musique? Non. Il a trouvé des compagnons d’infortune à Lausanne et à Zurich où il s’est produit à plusieurs reprises avant que le Coronavirus ne chamboulle tout. Oganes a continué à chercher des professeurs appropriés et est allé en Allemagne où il a rencontré Christine Busch.

Aujourd’hui, le jeune violoniste et compositeur a une vision pour laquelle il se bat : ramener la musique au peuple, une musique qui vient naturellement du cœur et où la performance se développe à partir de la musique et ne constitue pas une interprétation forcée. La musique, selon ses propres termes, devrait pouvoir tout révéler et être capable de transmettre l’inexplicable en venant directement du cœur. C’est une lutte difficile contre l’establishment. Oganes s’est tourné vers la recherche de professeurs et d’élèves qui ne sont pas encore coincés dans le système. Sa formation commence par un “désentraînement” : pas de devoirs, mais un jeu de l’intérieur. Ce jeu est cultivé pour devenir naturel. Et pour faire cette différence, Hovhannes (version arménienne de son nom) envisage la création d’une école. L’école aura lieu quelque part, physiquement et en ligne, afin de pouvoir diffuser le message à grande échelle.

Nous avons rencontré le violoniste qui jouait dans la rue. Il ne craint aucune difficulté ni aucune impasse pour transmettre sa vision à des élèves et au public reconnaissant. Nous lui souhaitons de réussir, et n’avons aucun doute.

Bâle, février 2021