#StickYourNeckOut

Isa Luque Alvarez & Humphrey Matthey,

Ont mené depuis leur jeunesse et jusqu’à aujourd’hui une vie vouée à la justice sociale et à la vérité intérieure, qui ne connaissait ni la peur ni la paresse. – Un synopsis de leur vie ne peut guère être résumé en une page ; rien donc pour les personnes fatiguées de lire, ce qui est pardonné. t.a. —–

Ses parents se sont séparés à la naissance et Humphrey a passé ses neuf premières années plus dans des foyers d’accueil qu’avec sa mère.

À l’âge de neuf ans, il a contracté une méningite et a été déclaré incurable, mais son père a organisé un traitement avec un médicament non testé venu d’Amérique. Il semble que cela ait fonctionné… Jusqu’à l’âge de 20 ans, sous la protection du Tuteur General, il a passé son enfance et sa prime jeunesse dans les montagnes valaisannes jusqu’à ce qu’à 14 ans, il retourne à Genève chez son père, qui s’était remarié et avait fondé une vraie famille. C’est là qu’il a finalement suivi sa scolarité, qu’il a terminée par un baccalauréat de mathématiques en France.

Plus tard, il s’est intéressé à l’astronomie et s’est inscrit à l’université de Genève, où il s’est toutefois aussi passionné pour le jeu de cartes de bridge. Malheureusement, il a dû changer d’orientation et a étudié la sociologie avec le coryphée et activiste Jean Ziegler comme tuteur principal. Parallèlement, il était professeur de mathématiques et de physique au Cycle d’Otientation de Geneve pour les 14-15 ans, afin de gagner sa vie.

À 25 ans, il a cessé d’enseigner et s’est orienté vers l’éducation spécialisée pour les jeunes ayant des problèmes sociaux et criminels, ce qui lui a permis de suivre une formation formelle d’éducateur spécialisé avec un Diplome.

Depuis son déménagement dans la vieille ville de Genève (à Baker Street pour ceux qui s’intéressent à la littérature), Humphrey s’est également engagé dans la scène théâtrale et la musique folk. En 1979, il a décidé d’abandonner le travail social et a passé tout son temps avec une troupe de théâtre, le Theatre Mobile, où il construisait les décors et fonctionnait comme regisseur.

Durant l’été 1982, Terre des Hommes a recruté cet homme polyvalent à l’engagement social pour travailler au Liban, juste au plus fort des « événements » là-bas (guerre du Liban). Après environ six mois, il est retourné à la base et a continué en Éthiopie en tant que logisticien dans une équipe médicale d’urgence de six personnes. Il y a passé plus de huit mois avec des expériences très intéressantes : Trajets à travers les déserts, visite de la dépression du Danakil grâce au TPLF (Tigray People’s Liberation Front) qui a décidé de prendre dix de ces expatriés en otage pendant 29 jours ; négociations avec des personnages vraiment douteux et, dans tout cela, tentative d’aider les nécessiteux là-bas dans des moments difficiles.

Au cours de l’hiver 1983/4, un ami a demandé à Humphrey de se rendre au Sikkim pour livrer des médicaments, en particulier dix protocoles complets pour la tuberculose. Parallèlement, il a été chargé de réaliser une étude de faisabilité pour la construction d’un hôpital à Rumtek (Sikkim) pour le DFAE suisse, afin de voir s’il accepterait d’y participer.

Après avoir accompli ces deux tâches, Humphrey, sur les conseils de Jamgon Kongtrull Rinpoché de Rumtek, se rendit à Sherabling pour voir Kenting Tai Situpa. Il y a rencontre Isa, qui allait devenir sa compagne.

Fin 1984, le jeune couple s’est retrouvé à Genève.

Par chance, au bout d’un an et demi, l’occasion s’est présentée de vivre dans les montagnes de l’autre côté de la frontière, en France. Il s’agissait d’une propriété privée qui offrait un merveilleux foyer à la jeune famille, qui comptait désormais quatre membres.

C’est en 1986 qu’Humphrey est entré dans le monde des sourds. Il a d’abord travaillé avec des enfants pendant un an et demi, puis avec des adultes pendant neuf ans. À un moment donné, son professeur, Situ Rinpoché, est venu en Écosse où il a enseigné pendant sept ans sur le thème central du bouddhisme tibétain. En raison de la logistique nécessaire pour s’y rendre chaque année, il a été jugé plus pratique de déménager la famille en Écosse. C’est ainsi qu’en février 1996, tout le monde s’installa à Glasgow, où Humphrey devint travailleur social pour les sourds de l’est de la ville pour les dix années suivantes. Le travail se déroulait dans une partie de la ville réputée pour sa vie rude – mais « l’homme des Sourds » n’a jamais été importune, pas plus que le reste de la famille… Une fois les deux garçons à l’université et vivant de manière semi-indépendante, Humphrey et Isa ont déménagé à Argyll, sur la côte ouest de l’Écosse, où il est devenu le travailleur social dedie aux sourds et malentendants pour la region d’Argyll et Bute, dispersé sur des dizaines d’îles, pendant les cinq années suivantes.

Entre-temps, Isa et Humphrey étaient ensemble depuis plus de 25 ans et n’étaient plus tout jeunes. Ils ont donc décidé de se lancer dans leur dernier projet : ouvrir un centre de retraite bouddhiste en Espagne, le pays natal d’Isa. Par un heureux hasard, ils ont trouvé un endroit magnifique dans les Alpujarras, haut perché dans la sierra à 2000 mètres d’altitude, avec trois excellentes sources et un bâtiment qui se prêtait à la transformation en un petit temple avec cuisine attenante, entrepôt, espace de vie, etc. Ils ont pu acheter la propriété à un prix abordable et se sont mis au travail. Leur gourou (Kenting Tai Situpa) de Sherabling arriva et fut enthousiasmé par l’endroit qui, bien que situé en Europe, présentait une nette ressemblance avec le nord de l’Inde. Il a consacré Palpung Sera Nevada il y a une bonne dizaine d’années.

Depuis, le couple et de nombreux bénévoles travaillent sans relâche et ont transformé le lieu en une pure oasis avec des plantations de noyers, des vergers, des jardins d’herbes aromatiques et des potagers, ainsi qu’une écurie pour six belles bêtes, sans oublier les poules, les chats et les chiens. Un autre cortijito isolé a été achevé ; divers monuments rituels ornent le site….

Et le projet se développe avec 50 hectares supplémentaires de terres, de sources et de champs à quelques kilomètres de là, sur un petit chemin de traverse où un ancien cortijo (maison en pierres sèches) est en train d’être restauré pour devenir le ‘Milarepa Cortijito’, un endroit parfait pour ceux qui recherchent une vraie solitude …

Des amis et des pratiquants du monde entier viennent aujourd’hui à Palpung Sera Nevada pour des retraites plus ou moins longues. Toute personne ayant un besoin et une sensibilité pour l’appel silencieux de la nature et la vitalité spirituelle d’un engagement vécu peut profiter de l’hospitalité d’Isa et Humphrey. Pour ceux qui souhaitent simplement participer, un travail utile est proposé en échange de la nourriture et du logement.

Mais comment tout cela a-t-il commencé pour Isa ?

Adolescente, elle a adhéré au parti de gauche anti-franquiste, ce qui a entraîné une rupture au sein de sa famille, son père travaillant pour le régime. Elle a quitté son foyer et s’est mariée avec son premier amour parmi les révolutionnaires – une relation qui n’a pas duré longtemps et s’est terminée tragiquement. Dans les années 70, elle s’est installée au Danemark et a vécu dans les communautés alternatives de Balloon Park et pendant une longue période à Christiana : une période de liberté absolue après avoir fui l’Espagne fasciste et catholique de l’époque.

C’est là qu’un ami l’a invitée à assister à une cérémonie d’un lama tibétain, le 16eme Gyalwa Karmapa, en voyage au Danemark. A l’époque, elle avait simplement été impressionnée par l’aura de ce personnage

Alors que ses amis planifiaient un voyage en Inde pour livrer un camion Mercedes donné à une communauté tibétaine de l’Himachal Pradesh, Isa a eu l’idée de se rendre au Pérou. Elle est arrivée jusqu’à Hierro, dans les îles Canaries, mais ensuite, il n’y avait plus de bateau. Une nuit de pleine lune, alors qu’elle regardait par-dessus l’eau, elle s’est dit qu’il serait bien plus judicieux de rejoindre ses amis dans leur voyage vers l’Inde plutôt que de partir seule au Pérou. Le lendemain, elle a pris le chemin du retour et a réussi, dans des conditions plutôt rocambolesques, à rattraper l’équipage en Grèce. Ils réussirent à faire passer le camion à travers l’Iran jusqu’en Inde, à Sherabling, où elle rencontra son futur professeur … Elle a appris l’anglais et le tibétain en même temps et s’est plongée dans la pratique du programme d’enseignement et de retraite de Sherabling ; au cours des six années suivantes, elle allait suivre une formation complète de lama. Lorsqu’elle a rencontré Humphrey, elle connaissait sa mission, qu’elle poursuit depuis avec dévouement : répondre au défi de la non-dualité dans la vie et offrir un refuge ouvert à tous ceux qui partagent cette préoccupation.

HM et t.a. , Palpung/Bâle, nov. ’22