#StickYourNeckOut

Katharina Lehmann

Katharina Lehmann a mis son emploi en jeu au nom de la vérité – et a perdu. 

Elle aurait vraiment pu avoir une vie tranquille de psychologue, Dr. phil. avec son propre cabinet et un poste permanent dans la police de la ville de Zurich. Cependant, Katharina n’était pas prête à transiger sur la vérité, elle est sortie de sa zone de confort et a mis en danger son emploi et sa réputation publique.

Le déclencheur a été les mesures autour de la pandémie déclarée de Corona, qui étaient incompréhensibles pour Katharina. Elle a rapidement compris la synchronisation des médias de masse, qui tentent d’ignorer ou de diffamer toute opinion qui s’écarte du récit. Saper les droits fondamentaux sous couvert de mesures de protection et de philanthropie lui répugne au plus haut point. En tant que psychologue, elle a reconnu avec une précision analytique la dispersion de la peur et de la terreur et a observé avec dégoût l’adaptation sans résistance des personnes à une “nouvelle” normalité. Il était clair pour elle qu’ici, les efforts de protection supposés, avec toutes les nouvelles réglementations et interdictions centralisées, devaient avoir d’énormes effets secondaires sur les gens. Non seulement sur le psychisme, mais sur toute la vie, jusqu’à la santé physique, qui est affectée négativement par les mesures et le stress qui en résulte. Et bien sûr, les conséquences vont bien au-delà de la Suisse, jusqu’à la pauvreté et la faim dans le monde, qui ont augmenté à un rythme alarmant.

Dès le 3e trimestre 2020, un article critique de sa part est également apparu dans le domaine public : “Peur et opportunisme : un regard psychologique sur la crise de Corona”. Dans cet article, elle pointe sans ambiguïté et avec perspicacité la génération systématique de la peur par les personnes au pouvoir et les machinations du capitalisme industriel, en particulier celles de l’industrie pharmaceutique. La majorité des gens ont été activement mis dans la peur et la panique, analyse-t-elle.

Katharina ne se contente pas d’écrire ce qu’elle pense, elle le met aussi en pratique et le vit. Par exemple, elle a toujours refusé, avec une conviction totale, de porter un masque. Sans, bien sûr, se laisser limiter dans sa liberté de mouvement. Elle fait référence aux effets secondaires psychologiques indésirables, tels que la lecture limitée des expressions faciales chez les porteurs de masques. Comme le système nerveux végétatif de l’homologue remarque et évalue en permanence les moindres mouvements musculaires et décide si la personne est “amicale” ou “menaçante” (neuroception selon Stephen Porges) et qu’il ne peut plus le faire à cause du masque, cela conduit à l’insécurité. Les masques sont également perçus comme le symbole d’une muselière et peuvent être de puissants déclencheurs de traumatismes. Le fait que les masques n’offrent pas une protection efficace contre les virus et représentent en même temps un danger considérable pour le système respiratoire a été prouvé à plusieurs reprises entre-temps.

Le refus du masque a donc également été l’élément déclencheur de son licenciement sans préavis. L’employeur de Katharina se méfie de son certificat de masque médical et exige de parler au conseiller confidentiel de l’employeur. Katharina aurait pu céder et rester dans sa zone de confort, mais sa conviction de faire le bon choix était plus forte. Le refus de voir le médecin conseil a entraîné un licenciement immédiat sans préavis.

Comme Katharina s’efforce constamment de travailler à son propre développement et à celui des gens, elle est co-initiatrice et futur membre du conseil d’administration de la fondation VitaNetz. VitaNetz construit une société innovante qui place la santé et la coexistence harmonieuse des hommes, des animaux et de la nature au centre de ses activités. Cela comprend une agriculture et un élevage sans pesticides ni antibiotiques, une gestion économique solidaire avec son propre système monétaire et, comme base de tout cela – après tout, Katharina est psychologue – un travail de prise de conscience de soi et de la communauté. Pour en savoir plus sur son travail et son engagement, consultez les sites www.katharina-lehmann.ch et www.vitanetz.ch .

A.W., Fribourg, juin 2021